Les neurosciences à l’école : une nouvelle mode ?

Pas de doute : en ce moment, les neurosciences ont le vent en poupe ! Mais au-delà de l’engouement éphémère, il est fort probable qu’une nouvelle conception de l’enseignement soit en train de naître.

Proposer aux élèves des cours sur les neurosciences, telle est l’idée ingénieuse d’Eric Gaspar, créateur du projet Neurosup en France. Pour lui, « si on peut connaître les facteurs qui facilitent ou qui compliquent l’apprentissage, on gagnera en temps et en énergie, que ce soit du côté élève ou du côté enseignant ». 

Le succès des neuroclasses

Les neuroclasses fleurissent un peu partout en France, avec à ce jour plus de 300 établissements formés. Le principe ? Initier les enseignants aux connaissances fondamentales en neurosciences pour imaginer des pratiques pédagogiques plus respectueuses du fonctionnement cérébral des apprenants.  A l’issue de la formation, les enseignants disposent d’un kit pédagogique qui facilite la transmission des infos clés auprès des élèves. Car la grande originalité de ce dispositif est de ne pas s’arrêter à la formation des enseignants. L’objectif, c’est que les élèves eux-mêmes puissent comprendre leur cerveau pour créer les conditions propices à un apprentissage réussi. Cette initiative pose déjà les bases de l’autonomie de l’élève face à l’apprentissage scolaire, en pointant en filigrane l’importance de la métacognition : un élève capable d’identifier les actions qui le conduisent – ou non – à la réussite sera capable de reproduire ces actions et d’étendre sa réussite à de nouveaux domaines, tout en variant les contextes.

Vers la fin des neuromythes

L’objet de l’accompagnement est aussi de déconstruire certaines croyances sur le cerveau, devenues fausses ou inexactes aujourd’hui. Ces neuromythes, d’autant plus pernicieux qu’ils sont fondés, au départ, sur des avancées scientifiques reconnues – mais démenties par la suite ! – , persistent encore dans l’imaginaire collectif. « Tout se joue avant 3 ans », « Les femmes sont plus multitâches que les hommes » « les hommes ont une meilleure mémoire spatiale »,  « il y a des périodes critiques pour l’apprentissage«  ou encore « l’effet Mozart » (= la musique rend intelligent !) sont autant de croyances que les neuroscientifiques combattent auprès du grand public.

Une autre conception de l’intelligence

La compréhension fine des mécanismes cérébraux met en avant la plasticité cérébrale, découverte neuroscientifique majeure : non, le cerveau n’est pas figé ou configuré de la naissance à la mort ! Au contraire, il évolue en permanence ! Chaque stimulus crée de nouvelles connexions neuronales qui remodèlent le cerveau de façon plus ou moins forte, en fonction du nombre de présentation de ce stimulus ou des émotions qui y sont associées. Il est donc fortement conseillé de faire travailler son cerveau et de l’initier à des choses nouvelles. Le cerveau humain est fondamentalement conçu pour apprendre. C’est bien le seul organe qui s’use… quand on ne s’en sert pas. Un peu comme l’intelligence, ce concept trop souvent associé au QI ou à un niveau figé, alors qu’elle n’a rien d’inné.

Synthèse visuelle de la conférence TEDx d'Eric Gaspar, 2014, Alsace

Synthèse visuelle de la conférence TED d’Eric Gaspar (2014, Alsace)

 

Conférence TED d’Eric Gaspar

 

Plus d’infos sur www.neurosup.fr

2 Comments so far

  • Brigitte Heim • 25 avril 2016 at 18 h 42 min

    Bonjour,
    Enseignante, je cherche des formations en « apprendre à apprendre ». Le contenu de cette présentation, trouvée par hasard, rend les choses positive! Merci! Maintenant j’aimerais trouver les moyens pour apprendre à adapter l’enseignement.
    BH

    • Jeanne • 25 avril 2016 at 18 h 49 min

      Bonjour,

      Merci pour votre message. Effectivement, tout ça est passionnant mais c’est encore mieux lorsqu’on peut mettre en pratique dans sa classe !
      Si vous enseignez en Bretagne dans le privé, nous pouvons nous rencontrer lors d’une formation inter « Neurosciences et apprentissage » à l’ISFEC : http://www.isfec-bretagne.org
      Si vous enseignez dans le public, je vous conseille vivement de voir auprès de votre établissement s’il est possible de faire venir Eric Gaspar pour former l’ensemble de l’équipe pédagogique. Plus d’infos ici : http://www.neurosup.fr/#programme_de_neuroeducation_Neurosup.C

      Bonne continuation à vous !